Evolution du « chisao » ou jeu d’enracinement

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

J’utilise très souvent un exercice appelé dans les arts martiaux « chisao » ou mains collantes.

Le but de cet exercice est de mettre en contact deux personnes bien ancrées, et pour elles de trouver un moyen de déstabiliser l’autre sans perdre son équilibre.

C’est un jeu subtil mais ludique qui fait travailler l’équilibre, toutes les articulations, les muscles profonds.

Il demande aussi à rester bien ancré, en contrôle de la qualité de ses appuis, et d’apprendre à utiliser à la fois de la tension et de la relaxation, parfois en même temps dans le corps.

Vous apprenez ainsi à rapidement utiliser la puissance développée par votre enracinement, à doser la puissance de vos poussées, à rester constamment équilibré dans vos actions.

Vous pouvez voir ci dessous plusieurs styles de travail, en fonction des expériences de chacun. Vous remarquerez que dès qu’un des deux pratiquants doit faire un pas, l’exercice reprend à zéro, le but étant de forcer le corps à développer son intelligence instinctive, et à trouver de l’espace dans ses mouvements articulaires.

 

Une évolution possible pour le combattant est celle ci. Ou l’on ajoute frappes, déplacements et facteurs de stress supplémentaires. Vous noterez que les paramètres sont les mêmes, on va d’abord chercher à sentir l’autre, avant d’exploiter un espace.

 

Une autre lecture de cet exercice est plus invisible. Une fois que l’exercice est compris au niveau physique (apprendre à doser son effort, à sentir ce que propose l’autre, etc), nous pourrions nous demander si nous n’avons pas le même comportement au niveau de nos échanges verbaux ? Est ce que j’impose mes idées par la force, est-ce que je suis complètement dépassé lorsque l’on essaye de m’imposer une idée, est ce que j’arrive à échanger, à garder un lien, à me nourrir de ce que me propose l’autre. Je détaillerais cela dans un prochain article.

X