Que faire quand on perd l’équilibre ?

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

 

L’équilibre parfait n’existe pas ?

 

Tant qu’on monte, on a pas conscience que notre équilibre est précaire. On se sent stable, confiant. « Ne regarde pas en bas », c’est quand même le premier conseil qu’on donne à ceux qui ont le vertige. Alors on continue de monter rapidement, sans peurs, sans regarder, en ayant seulement notre objectif en vue. Et tant qu’on avance, après tout, tant mieux !

Etudes – Boulot – Maison – Famille – Enfants – etc.. certains semblent avoir un avenir tracé avec un objectif et un cheminement bien clair (d’extérieur !).

 

 

Mais que se passe-t-il si je rate mon objectif, le retarde ou le perd de vue ? Que se passe t’il quand je commence à douter ?  Là d’un coup, j’avance moins vite, je me stoppe, et je sens que ma stabilité est mouvante, que mon équilibre est précaire et que je risque de « perdre pied ». Ces moments d’instabilité sont souvent des moments charnières dans nos vies qui nous posent face à des choix.

Changement de vie pour les études – Arrivée sur le marché du travail – Compromis sur la maison – Envies de famille etc..

Nous sommes capables de déployer beaucoup d’énergie quand il s’agit de faire tenir cet équilibre « de force », parfois pendant longtemps ! « ça passe ou ça casse ! ». Mais notre énergie ne peut maintenir cet équilibre que de façon temporaire et tôt ou tard, nous sentons le sol se dérober sous nos pieds.

 

L’équilibre que j’ai construit n’est peut-être pas si stable..

 

Que fait-on alors ? On fige, on va fixer notre équilibre. On ne montera plus certes, mais au moins on ne tombera pas. On se contracte, on dépense beaucoup d’énergie. « Je ne sais plus dans quel but j’essaie de me maintenir en équilibre, mais je ne tomberais pas, quoi qu’il en coute ! » Accepter le déséquilibre serait accepter de me retrouver en position de faiblesse, de conflit, d’erreur, de rejet, d’échec, d’abandon, de peur de passer pour un idiot ou de perdre mon temps. Et ce serait remettre en question tout ce que j’ai construit, tout ce que j’ai déjà escaladé.

Cette perte d’équilibre peut se traduire par des véritables conflits intérieurs. A une époque de ma vie mes intentions, mes envies, mon énergie me portaient toutes dans la même direction bien précise comme une machine bien réglée ! Et aujourd’hui c’est comme si je sentais que certains boulons commençaient à se desserrer, la machine avance moins droit !

 

 

J’accepte le déséquilibre

 

De nos jours, tant que le déséquilibre reste mental ou émotionnel, il reste considéré comme « invisible » et donc « non prioritaire » et on ne l’aborde pas. Nous avons encore du mal à reconnaitre l’influence de notre état mental ou émotionnel sur notre corps physique. Nous traitons encore trop souvent les problèmes de sommeil avec des médicaments plutôt qu’avec de l’écoute et de l’échange.

Et puis bon ca fait du bien un bon entrainement pour se « vider la tête » ou qu’on  » a pas le moral » non ?

A force de ne pas écouter les premiers signes « invisibles » nous prenons le risque d’avoir un « stop » général du corps qui va nous mettre entièrement à l’arrêt. Là nous n’avons pas d’autre choix que de nous arrêter, de réparer ce qui est tombé (mental, physique, émotionnel).

Sauf que nos vieilles résistances égotiques sont toujours là ! Et si on pouvait juste réparer le physique pour voir et retenter le coup ? Ça éviterait que j’aille explorer ce qui se passe dans mon mental et mes émotions, ça m’arrangerait ! Essayons ! Sport à fond, médicaments, muscu ou chirurgie, on se blinde et on repart !

 

 

Et c’est vrai qu’au départ ça peut marcher ! Evidemment, ce pôle physique, comme on vit avec, qu’on le touche, qu’on le sent, il est plus facile à travailler, entrainer, remodeler. On sent le changement. On sent quand on se renforce, quand on est en bonne santé, quand on a de l’énergie physique. Et ça peut impulser une vraie énergie de transformation.

 

Bizarrement, je ne remonte pas si vite..

 

On a réparé le pole physique, mais le reste ? On se rends compte que physiquement on a changé, mais mon mental, mes émotions, mes énergies, tout ça n’est pas stable car ils n’ont pas été réintégré dans ma nouvelle quête vers l’équilibre.

Alors là recommence le même travail, je vais reconstruire petit à petit mon équilibre en prenant conscience que l’invisible à une importance cruciale. Je prends conscience que mon équilibre est holistique et non pas uniquement maintenu grâce à un seul pôle. Et surtout, je prends conscience que même si cet équilibre est précaire, même s’il dépend d’un mélange instable de physique, d’émotionnel, de mental, d’énergies, c’est moi qui fait le choix de sentir ces oscillations, ses échanges, ses vibrations et c’est moi qui ai fait le choix d’explorer le pourquoi de ce déséquilibre. C’est là que je reprends mon ascension vers mon objectif en pleine conscience.

 

 

Perdre son équilibre est une information qu’il s’agit d’écouter et d’accepter. Un coach sportif ou un osthéo pourront constater une perte d’équilibre physique. Un thérapeute, un psychologue, pourront constater une perte d’équilibre dans le mental, votre conjoint, vos amis peuvent constater une perte d’équilibre émotionnel, un énergéticien peut constater un déséquilibre de vos énergies. Certaines méthodes s’efforcent de travailler sur plusieurs plans.

Par exemple en WCS (méthode d’arts martiaux) nous allons travailler certains thèmes à partir du physique mais qui seront aussi valable pour les pôles mentaux et émotionnel (l’enracinement qui permet de développer stabilité physique face à une poussée, mais aussi mentale et émotionnelle).

 

 

En médecine symbolique, les baguettes vont venir capter les informations que nous ne percevons pas forcément physiquement (donc énergétiques et invisibles) pour obtenir une prise de conscience sur la source du déséquilibre. La prise de conscience intégrée, la personne peut mettre en place des actes concrets pour retrouver l’équilibre.

 

Mais qu’importe la méthode consultée, c’est à vous de prendre en compte les informations que vous recevez, de les intégrer, et d’agir en conscience pour votre équilibre global (qui n’est pas celui du voisin).

C’est à partir de cette posture stable, consciente, forte et détendue que l’on peut concrétiser son objectif final. Je trouve l’équilibre seulement quand je n’ai plus peur de tomber et que je me détends. Pour cela, il va falloir aller voir ses peurs, mais j’y reviendrais dans un autre article.

Vous souhaitez échanger avec moi ? Contactez-moi !

X